Michèle TABAROT, Député des Alpes-Maritimes

Dans le Var, une femme a été tuée par son mari alors qu'elle était au téléphone avec les gendarmes… 52 décès conjugaux ont été recensés entre le 1er janvier et le 9 mai 2019

Depuis le début de l’année, 52 femmes sont mortes, assassinées par leurs compagnons, ex-conjoints ou concubins. Une victime tous les deux jours…

Une aggravation inquiétante par rapport au bilan déjà tragique l’an dernier, et cela, en dépit d’une sensibilisation publique et associative forte face aux violences conjugales, du fait de la proclamation en tant que grande « Cause nationale » de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ce contexte préoccupant montre la nécessité d’une action encore plus déterminée pour mieux combattre ces drames qui marquent aussi bien souvent à vie les enfants lorsqu’ils sont témoins de ces tragédies.

Aujourd’hui, il ne s’agit plus uniquement de dénombrer les victimes mais de prendre concrètement la mesure des dispositifs à mettre en œuvre pour arriver à bout de ce fléau.