Imprimer
Catégorie : Lettre d'information

Le déconfinement en cours nous fait osciller entre espoir et inquiétude.

L’espoir bien sûr de pouvoir tourner progressivement une page douloureuse, renouer avec une vie sociale, parfois reprendre son travail, même si nous savons que tout cela prendra du temps et que nous ne retrouverons pas immédiatement notre vie d’avant.

Tout cela est contrebalancé par l’inquiétude légitime face à un virus qui est loin d’avoir été vaincu. Les craintes et les questions sont dès lors nombreuses face à la réouverture des écoles et la reprise de certaines activités qui étaient à l’arrêt.

C’est sur nous tous que repose la lourde responsabilité de vivre au quotidien avec cette menace et de tout faire pour l'endiguer.

Je veux d’ailleurs une nouvelle fois saluer les nombreuses initiatives des collectivités locales en faveur de la santé de nos concitoyens avec les distributions de masques et de produits d’hygiène, les aides aux personnes fragilisées, le déploiement de l’accès aux tests, la désinfection des espaces publics ou encore la préparation des écoles à la reprise des cours.

Le défi est immense… mais nous savons que collectivement, nous avons le courage et la détermination pour faire face à cette crise.


Michèle TABAROT alerte le Gouvernement sur la situation des Français de l'étranger durant la crise

Michèle TABAROT a saisi le Premier Ministre afin d'alerter le Gouvernement sur la situation difficile de nombreux Français installés à l’étranger.

Malheureusement, beaucoup d’entre eux sont confrontés à des pertes de revenus conséquentes du fait des mesures prises pour lutter contre le coronavirus et ils ne bénéficient pas d’aides adaptées.

La question des familles qui scolarisent leurs enfants dans des établissements français à l’étranger doit également être posée car malgré l’absence de cours, elles doivent toujours s'acquitter des frais de scolarité parfois élevés.

Des annonces ont été faites mais elles demeurent insuffisantes pour aider réellement des foyers qui font face parfois à de grandes difficultés.

Le soutien doit s’amplifier et il est essentiel que les autorités françaises y veillent.

Organisation mondiale de la Santé : plus d'autonomie dans la gestion des crises sanitaires

Je suis intervenue en commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur la nécessité de réformer en profondeur l’Organisation Mondiale de la Santé.

Visioconférence de la Com. des Affaires étrangères

La gestion très critiquée de la crise du Covid-19 par l’OMS a mis en évidence les manques et les lacunes de cette organisation, sans réel pouvoir et trop dépendante de la volonté des États tant pour ses moyens que pour ses actions.

Si nous voulons réellement tirer toutes les leçons de la catastrophe à laquelle nous sommes confrontés, il est urgent de réformer l’OMS pour lui donner plus d’autonomie dans son financement et dans ses capacités de contrôle et d’investigation.

Avancées obtenues pour les TPE et les professionnels de santé libéraux : un engagement qui doit se poursuivre

Avec mes collègues Députés « Les Républicains », nous soutenons depuis plusieurs semaines une annulation des cotisations fiscales et sociales des TPE/PME et des Travailleurs indépendants lourdement impactés par la crise du Covid-19.

→ Cet article pourrait vous intéresser…
Entrepreneurs, cœur battant de notre économie et moteur de la sortie de crise

Cette demande a été partiellement entendue puisque le Gouvernement vient d’annoncer la suppression des charges sociales pour toutes les entreprises de moins de dix salariés durant la période de fermeture liée au confinement.

De même, s’agissant des professions libérales de Santé, la mesure de soutien annoncée par le Gouvernement était souhaitée depuis longtemps mais il faudra cependant rester particulièrement vigilant quant à son application.

→ Cet article pourrait vous intéresser…
Pour un grand plan de soutien en faveur des professionnels de santé libéraux

Ces premiers pas en appellent d’autres...

En effet, il faut élargir le champ de ces mesures à un plus grand nombre d’entreprises ainsi qu'à d’autres prélèvements qui pèsent sur nos acteurs économiques, le tout, sans omettre de mettre en œuvre d'urgence un grand plan de relance en faveur de l’hôtellerie et la restauration.