Michèle TABAROT, Député de la 9° Circonscription des Alpes-Maritimes

Michèle Tabarot, invitée d'Yves Thréard dans Le Talk Orange - Le Figaro
Invitée d’Yves Thréard dans son émission – Le Talk Orange ● Le Figaro – Michèle Tabarot s'exprime à la suite de l’élection de Laurent Wauquiez à la Présidence des « Républicains »

Michèle Tabarot invitée d’Yves Thréard dans son émission – Le Talk Orange • Le Figaro – s'exprime sur l’élection de Laurent Wauquiez à la Présidence des « Républicains » et sur les défis qu'aura à relever notre Mouvement.

D'abord, réussir le rassemblement de notre famille politique en favorisant l’expression de chaque sensibilité qui la compose. Ensuite, parvenir à réconcilier « Les Républicains » avec les Français en construisant un projet qui saura répondre concrètement à leurs attentes, dans tous les domaines, en ne s'interdisant aucun débat.

221117.Visuel PolFamille2

D’après une étude menée par l’O.E.F, seules les familles monoparentales devraient tirer profit du jeu des réformes de la prestation d’accueil du jeune enfant et du complément du mode de garde dans le projet de loi de Finances de la Sécurité Sociale pour 2018.
O.E.F : Observatoire des Emplois de la Famille

Le « quinquennat Hollande » avait déjà déstabilisé la politique familiale en abaissant par deux fois le plafond du quotient familial et en modulant le montant des allocations en fonction des revenus. Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron alors candidat s’était engagé à rompre avec les plans d’économies successifs en ne touchant pas au niveau des prestations familiales. Mais devenu Président, il emprunte un chemin bien différent

Au premier plan, les familles monoparentales devraient effectivement être mieux remboursées des « frais de garde » de leur(s) enfant(s) de moins de six ans mais selon l’Union Nationale des Associations Familiales, l'élément phare porté en étendard par le Gouvernement correspond à des situations rarissimes de personnes cumulant faibles ressources et durée de garde très élevée.

Une demi-mesure qui vise surtout à minimiser une réduction beaucoup plus massive qui pèsera lourdement sur les familles avec de jeunes enfants, y compris les plus fragiles.

Près d'un-tiers des familles exclues du dispositif

Déjà 20% des familles ne percevaient pas la Prestation d’Accueil du Jeune Enfant (PAJE). Avec cette réforme, près d’un tiers des familles ayant un enfant de moins de trois ans seront exclues du dispositif. Et pour celles qui pourront continuer à en bénéficier, le montant en sera raboté.

Dans un contexte démographique inquiétant alors que les naissances marquent le pas depuis 2014, il s’agit donc une nouvelle fois d'une mesure injuste – par laquelle l’État compte récupérer 70 millions d’euros d’économies en 2018 – alors que d’un point de vue financier, la branche « Famille » de la Sécurité Sociale est excédentaire cette année.

Une harmonisation par le bas et surtout, un autre coup dur porté par l’Exécutif au pouvoir d’achat des « classes moyennes » autant qu’à celui des familles modestes.

101117.AG ONU

A l’occasion de la 72ème Assemblée Générale des Nations-Unies, Michèle TABAROT s’est rendue durant trois jours à New-York, avec une délégation de parlementaires de la Commission des Affaires étrangères dont elle est membre.

Dans un contexte international très difficile, les enjeux de cette session aux « Nations-Unies » sont essentiels avec notamment les questions autour de la Corée du Nord et de la Syrie, la lutte contre le terrorisme, l’aide aux victimes des cyclones, les grandes migrations, les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran autour du Yémen avec un risque de famine sans précédent pour les populations…

111117.Steiner ONU 091117.huguesrenson ONU

Au programme de ce déplacement officiel figuraient donc plusieurs rencontres de haut-niveau avec des Secrétaires Généraux adjoints de l’ONU et des responsables des programmes des Nations-Unies ainsi que de nombreux échanges avec les représentants de plusieurs pays et notamment les États-Unis, la Russie, la Chine et la Corée.

Ce déplacement est ainsi l’occasion pour la délégation de faire le point sur les difficultés existantes, les efforts diplomatiques entrepris et la contribution que la France peut y apporter.

031117.APLAccession

Dans le second volet de Loi de Finances 2018 figure la suppression de l’A.P.L dit « d’accession à la propriété ». Cette aide destinée aux ménages dont les revenus s’élèvent entre 2 et 2,5 S.M.I.C et qui deviennent propriétaires de leur résidence principale représentait jusqu’alors 2% du budget global des aides au Logement.

L'économie escomptée est relativement dérisoire. Le Gouvernement l'estime lui-même à seulement 50 millions d’euros, d’autant plus que les ménages modestes qui en bénéficiaient jusqu’à présent n’auront plus d’autre alternative à l’avenir que celle de rester locataires. Ils continueront donc de percevoir une A.P.L nettement plus importante à la location qu’à l’accession, plusieurs dizaines d’années, au lieu d’être encouragés à devenir propriétaire, avec une incitation financière qui s’éteindrait une fois leur emprunt remboursé.

Décision incompréhensible au regard d'autres choix décidés dans le même temps…

Cette décision se révèle pour le moins incompréhensible au regard d’autres choix décidés dans le même temps par l’exécutif, comme celui d’augmenter de 108 millions d’euros le budget de l’Aide Médicale d’État pour les étrangers en situation irrégulière, qui avoisinera au total le milliard d’euros pour l’année 2018.

Si nous cherchons vraiment des moyens de financer des politiques publiques utiles à nos concitoyens, il faut avoir le courage de mettre fin à cette fuite en avant et réformer en profondeur l’A.M.E.

Si le gouvernement s’y refuse – comme cela en prend le chemin – qu’il accepte alors au moins l'amendement de notre Groupe « Les Républicains » visant à réintroduire la franchise sur l’A.M.E, supprimée en 2012, du temps de François Hollande…