Navigation

La nuit dernière, j’ai tenu à être présente dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale pour voter en faveur de la prolongation de « l’état d’urgence » dans notre pays pour six mois supplémentaires.

À l'issue des débats entamés la veille, nous l'avons adoptée – à 4:53 ce matin – par 489 voix contre 26.

Ce vote était incontournable pour conserver certaines capacités d’action face aux menaces terroristes, mais les mesures que contient ce texte restent bien en-deçà de ce qu’il faudrait mettre en œuvre sans perdre plus de temps.

200716.HemicycleAN MT

Voilà qu'une guerre nous a été déclarée. C'est une guerre asymétrique, et pour la remporter nous devons nous donner les moyens de lutter à armes égales contre les terroristes islamistes. La frilosité n’est plus de mise. Il faut désormais du courage et de la fermeté pour faire face à la menace. Cela commande d’aller bien plus loin que la simple reconduction de « l’état d’urgence ».

C'est pourquoi je continue – pour ma part – de réclamer :

  • L’expulsion sans délai de tout terroriste étranger ou de toute personne étrangère radicalisée portant un message contraire aux valeurs de la France.
  • L’interdiction du retour des djihadistes étrangers, y compris binationaux.
  • La construction d’établissements pénitentiaires pour les détenus djihadistes et la mise en place immédiate de centres de rétentions pour ceux qui menacent la sûreté de la Nation.
  • La fin des aménagements de peine pour les détenus terroristes et radicalisés.
  • La mise en place d'une chaîne pénale dédiée à la lutte contre le terrorisme et la création d'une « rétention anti-terroriste » pouvant aller jusqu'à 150 jours.
  • Le renforcement des moyens et la création d’une grande Agence Technologique du Renseignement.

Vive émotion dimanche dernier lors de notre rassemblement au Cannet

Dimanche 17 juillet à midi, nous nous sommes retrouvés dans les Jardins de l'Hôtel de Ville au Cannet pour un moment de rassemblement patriotique et de recueillement en mémoire des victimes de l'abominable attaque terroriste perpétrée à Nice le jour de notre fête nationale.

170716.RassemblementCannet Discoursplay

Discours prononcé dimanche 17 juillet, au Cannet

Après les tristes cérémonies qui ont suivi les attaques de janvier et de novembre, c’est une nouvelle fois le cœur empli d’émotion que je m’adresse à vous en ces heures douloureuses.

Nous subissons une nouvelle tragédie qui nous blesse au plus profond de nos âmes. Cette fois la désolation s’est abattue dans notre département, à quelques pas de chez nous, dans cette ville de Nice, si chère à nos cœurs.

En ce jour de fête nationale, la foule était venue célébrer l’égalité, la fraternité, et surtout la liberté. Un terroriste immonde et lâche a malheureusement semé la mort, fauchant aveuglément des hommes, des femmes, et des enfants innocents. Des azuréens et des touristes qui voulaient profiter d’une belle soirée, ont perdu la vie, victimes de la plus atroce des barbaries.

Nos pensées vont aux familles qui connaissent ce terrible deuil que plus personne ne devrait subir. Nos pensées vont aussi à ceux qui sont en première ligne face à ce terrorisme : nos valeureux policiers, nos pompiers et nos urgentistes, ainsi que nos courageux militaires en France, et à l’étranger, où ils se battent pour nos libertés.

170716.RassemblementCannet Gerbe

La France est une nouvelle fois ciblée. Avec un mode opératoire abjecte qui existe ailleurs dans le monde, en Israël, en Turquie, en Tunisie et dans tant de pays meurtris. Certains disent que c’est la première fois en France, mais c’est ce qu’ont connu pendant des années les Français d’Algérie.

Une nouvelle fois nous sommes attaqués par ceux qui détestent ce que nous incarnons. La lumière face à l’obscurantisme, la modernité face à l’archaïsme, la civilisation face à la barbarie terroriste.

Aujourd’hui encore, nous nous retrouvons pour dire notre peine, et notre colère légitime contre cette violence inhumaine.

Oui, nous sommes en guerre. Une guerre que l’on ne pourra pas gagner si l’on continue à tergiverser, comme le gouvernement l’a fait sur la déchéance de nationalité, par peur de déplaire aux bien-pensants qui prétendent que nos libertés sont menacées par les lois. Mais, la seule menace qui pèse aujourd’hui sur nos libertés, c’est bien celle des terroristes. Nos peurs sont les recoins dans lesquels ces monstres se terrent pour préparer leurs actes ignobles.

 Arrêtons d’être faibles ! Les moyens de nos services de renseignements doivent être renforcés. Nous devons briser les communautarismes dans notre pays. Les intégristes doivent être envoyés en rétention. Et les étrangers qui menacent notre pays doivent être expulsés sans délai. 

N’attendons pas le prochain drame pour se demander, une fois de trop, ce que nous aurions pu faire. Soyons forts, soyons rassemblés, soyons debout. Debout pour dire notre détermination face au terrorisme, debout pour dire que nous n’avons pas peur, debout pour crier notre amour de la liberté.

Notre beau, notre grand pays subit l’une des plus terribles épreuves de son histoire contemporaine. Ensemble, unis et déterminés, nous ferons face. Aucune attaque, ni aucune violence, ne nous fera renoncer à défendre ce que nous avons de plus cher en nos cœurs : la France et ses valeurs éternelles.


« Vive la République… Vive la Liberté… Et Vive la France ! »

170716.RassemblementCannet Foule