Michèle TABAROT, Député des Alpes-Maritimes

Entré en vigueur au 1er octobre dernier, l'article 80 de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale catégorise les frais de transport liés aux permissions de sorties des patients souffrant d’un handicap ou atteints par une maladie nécessitant des soins permanents en structure hospitalière parmi les dépenses qui ne seront plus supportées par l'assurance maladie.

Une telle évolution conduit à des situations dramatiques ajoutant de nouvelles souffrances psychologiques au désarroi de familles déjà lourdement affectées.

C'est dans une salle comble que ce dimanche 20 janvier près de 3.500 personnes s'étaient réunies au Cannet pour assister à la cérémonie de présentation des vœux pour la nouvelle année. Parmi les participants, Michèle TABAROT pouvait compter sur la présence également d'un très grand nombre d’élus, Parlementaires, Conseillers Régionaux et Départementaux, Maires… fidèles à ce rendez-vous.

Guillemet red gauche Chaque sourire, chaque remerciement, chaque encouragement me rappelle la raison profonde pour laquelle je suis ici, devant vous, plus déterminée que jamais à défendre les valeurs auxquelles nous croyons profondément.
Guillemet red droite

Après avoir débuté son propos en souhaitant une très bonne année à l'ensemble des participants, le Député des Alpes-Maritimes a prononcé un discours alliant à la fois son action pour le Cannet-Rocheville, pour l'arrondissement et pour la France.

Article Nice-Matin du 12/01/2019, par Thierry PRUDHON

Michèle Tabarot est la nouvelle Secrétaire départementale des Républicains. Nommée par Laurent Wauquiez, elle a succédé à ce poste à Eric Ciotti, lui-même élu président départemental par les militants le 13 octobre. Pour la Députée de la 9° circonscription, Présidente de la majorité municipale du Cannet, qui avait déjà occupé cette fonction de 2002 à 2015, l’enjeu est de ramener de la sérénité au sein d’un mouvement affaibli par les tensions internes l’an dernier.

Comment concevez-vous votre rôle de Secrétaire départementale ?

Mon rôle est d’animer la première fédération de France. Nos militants sont en attente de dynamisme, dans un contexte national et départemental particulier. Mon souhait est que nous puissions travailler tous ensemble et que tout le monde soit entendu pour préparer les échéances à venir. Les européennes d’abord, en rappelant que Les Républicains sont européens, mais qu’ils veulent une Europe qui protège, pas une Europe de technocrates. Cela passe par un contrôle des frontières, un contrôle de l’immigration en amont pour éviter de faire prendre des risques à des migrants qui doivent ensuite repartir, une protection de nos entreprises… Viendront ensuite les municipales, où l’enjeu sera de conserver le plus d’élus possible après la vague bleue de 2014. A la différence du président de la République, nous sommes très attachés aux élus locaux, qui sont les premiers interlocuteurs des citoyens.