Michèle TABAROT, Député des Alpes-Maritimes

14 ans après l'adoption de la grande loi de 2005 sur le handicap, des progrès ont été enregistrés – avec notamment le triplement en dix ans du nombre d'enfants scolarisés en « milieu ordinaire » – mais des difficultés réelles persistent comme chacun a pu le constater lors de la dernière rentrée scolaire.

L'écart reste malheureusement souvent important entre les grands principes posés par la loi et le vécu des familles et de leurs enfants avec des moyens insuffisants, des accompagnants trop peu nombreux et en situation de précarité, des parcours administratifs complexes...

Porter des propositions fortes pour engager une nouvelle étape en faveur de l'inclusion des élèves en situation de handicap dans les écoles et les universités de la République, c’est l’ambition que devra poursuivre cette commission d’enquête parlementaire à laquelle je suis heureuse d’appartenir.

Dans le cadre de la mission d'information parlementaire sur l'avenir de la zone Euro dont elle est co-rapporteur pour la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale, Michèle Tabarot, Député des Alpes-Maritimes s'est rendue à Bruxelles.

Je considère qu'il est essentiel que le Tribunal de Grande Instance de Grasse puisse conserver à la fois toute son autonomie et son entière plénitude de juridiction.

C’est pourquoi, en association avec le Maire de Grasse, Jérôme Viaud et de nombreux élus locaux de l'arrondissement, j’ai voulu attirer une nouvelle fois l’attention du Garde des Sceaux depuis la Tribune de l’Assemblée Nationale, et rappeler l’impact préjudiciable que pourrait avoir, pour tout l’Ouest du département des Alpes-Maritimes, le placement du 19ème TGI de France sous la coordination d'un autre Tribunal…