Michèle Tabarot attire l'attention du Ministre des Solidarités et de la Santé sur l'inquiétude des établissements hospitaliers publics et privés face à un risque sanitaire important lié aux réquisitions nationales des principaux produits utilisés en anesthésie.

Cette réquisition est motivée par le besoin compréhensible de pouvoir anticiper une éventuelle seconde vague de l'épidémie de coronavirus.

Elle induit cependant un arrêt des livraisons de produits pour des cliniques et un rationnement dans des hôpitaux publics depuis plusieurs semaines.

Or ces établissements ont engagé une reprise de leur fonctionnement traditionnel, certes limitée du fait des contraintes imposées par l'épidémie, mais qui est impérative car elle concerne des patients urgents ou en risque de perte de chance dont beaucoup ont différé des soins depuis plus de deux mois.

Avec le soutien d’un grand nombre de mes collègues Députés « Les Républicains », j'ai déposé le mois dernier une proposition de loi visant à instaurer une prime exceptionnelle en faveur des fonctionnaires territoriaux qui assurent en période de crise la continuité de leurs missions essentielles, en matière notamment de sécurité et de solidarité auprès de la population, parfois même, au détriment de leur propre santé.

🔹 Le décret du Gouvernement qui vient d’être publié en ce sens est une juste reconnaissance pour le remarquable investissement personnel de ces agents dans un contexte sanitaire inédit.


Michèle TABAROT a saisi le Premier Ministre afin d'alerter le Gouvernement sur la situation difficile de nombreux Français installés à l’étranger.

Malheureusement, beaucoup d’entre eux sont confrontés à des pertes de revenus conséquentes du fait des mesures prises pour lutter contre le coronavirus et ils ne bénéficient pas d’aides adaptées.