Michèle TABAROT, Député-Maire du Cannet

051015.Bannière AN MTabarot 1

Communiqué de Presse — Le Cannet, le 14 novembre 2015

Réaction de Michèle TABAROT, Député-maire du Cannet, suite aux attaques terroristes perpétrées à Paris la nuit dernière.

Je partage l’émotion et l’effroi des Français après ces attaques terroristes d’une ampleur jamais égalée.

Mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches. Qu’ils sachent que la Nation entière partage leur deuil.

Pendant trop longtemps nous n’avons pas voulu appeler la situation que nous vivons par son véritable nom.

Il est désormais clair que la France est confrontée à une guerre contre des terroristes fanatiques qui exportent dans notre pays la terreur abjecte qu’ils font régner depuis trop longtemps au Moyen-Orient et en Afrique.

Face à cela la seule réponse possible est l’unité nationale. Dans cette situation d’exception, les moyens devront être rapidement renforcés et toutes les énergies mobilisées pour rétablir la sécurité sans laquelle aucune liberté n’est possible.

J’adresse enfin tout mon soutien aux forces de l’ordre, aux militaires et à tous ceux qui sont en première ligne de ce combat.

La France doit faire face et gagner cette bataille contre la barbarie.

Michèle TABAROT


Télécharger la version *.pdf du Communiqué de presse de Michèle TABAROT du 14 novembre 2015

Michèle TABAROT attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur la mise en œuvre de la majoration de la taxe foncière sur les propriétés non-bâties (T.F.N.B.)

061015.ScreenQE TFNB

Télécharger le texte intégral de cette question écrite en version *.pdf

051015.Bannière AN MTabarot 1

Communiqué de Presse — le Cannet le 5 octobre 2015

Michèle TABAROT, Député-Maire du Cannet, annonce le prochain dépôt d'une proposition de loi visant à protéger les communes situées en zone inondable de la sur-urbanisation.

Michèle TABAROT, Député-maire du Cannet, ville durement touchée par les inondations, annonce le prochain dépôt d'une proposition de loi pour protéger les communes situées en zones inondables de la sur-urbanisation que veut leur imposer l'Etat.

Pour de nombreux experts, le terrible drame survenu dans les Alpes-Maritimes est lié à la densification du littoral survenue dans les années 70 et 80.

Pour Michèle TABAROT, les pouvoirs publics doivent arrêter avec leur discours schizophrène qui consiste à dénoncer les ravages du bétonnage tout en exigeant des communes qu'elles construisent encore et toujours plus d'immeubles au péril de la vie des administrés.

Elle rappelle la situation particulière de sa commune. Avant qu'elle n'en devienne Maire, Le Cannet était déjà parmi les villes les plus denses de France, urbanisée sur 95% de son territoire, avec une densité de 5 500 habitants par kilomètre carré. L'application stricte de la loi SRU reviendrait à y construire plus de 4 000 nouveaux logements, ce qui aggraverait le bétonnage et le ruissellement des eaux.

Michèle TABAROT estime que la Côte-d'Azur et d'autres régions soumises à la même problématique, doivent être traitées différemment.

Elle souhaite donc que soit mis un terme à l'application uniforme et aveugle des lois SRU et ALUR par lesquelles l'Etat veut forcer les maires à autoriser des immeubles et peut même se substituer à eux pour les imposer.

Elle demande ainsi que, pour les agglomérations ayant subi des inondations ou soumises à un tel risque, les exigences de développement de l'habitat soient concertées et non plus imposées doctrinairement par l'Etat.

Michèle TABAROT

 

Télécharger la version *.pdf du Communiqué de presse de Michèle TABAROT du 5 octobre 2015

Illustration FilièresDjihadistes

Membre de la Commission, j'ai voté en faveur du rapport d’enquête parlementaire sur « la surveillance des filières et des individus djihadistes ».

Après six mois de travaux, cette commission met notamment l’accent sur un sujet qui me préoccupe depuis de nombreuses années et sur lequel j’avais alerté le gouvernement dès 2006 : celui de la radicalisation à l’œuvre dans nos prisons.

En effet, il faut une action plus forte contre ce phénomène avec l’isolement systématique des détenus dangereux et le développement des services de renseignement à l’intérieur de l’univers carcéral.