ACTUALITÉS

Racisme anti-blanc : plus personne pour nier son existence aujourd’hui

Pour Audrey Pulvar, les personnes blanches peuvent participer aux réunions « non-mixtes » mais doivent se taire

Avec ses propos intolérables que je condamne sans détour, Madame PULVAR prouve une nouvelle fois qu’il existe bien un racisme anti-blanc totalement décomplexé et assumé par une gauche clientéliste et communautariste.

Il est déplorable qu’elle n’en subisse aucune conséquence !

Comment une tête de liste régionale peut-elle tenir de tels propos sans la moindre conséquence et sans réaction de la part de ses soutiens ?

Imaginons un seul instant la situation inverse où un élu organiserait des réunions «réservées aux blancs». Le tollé serait énorme, le désaveu puissant et la sanction immédiate.

Ce deux poids-deux mesures est inacceptable. Le racisme existe quelle que soit la couleur de peau de celui qui en est victime !

La France n’a pas besoin des candidatures de celles et ceux qui cherchent à diviser au lieu de rassembler et qui remettent en cause les idéaux sans lesquels notre nation pourrait se désagréger.

La Présidente de l’UNEF reconnait l’existence de réunions interdites aux blancs

Un aveu inacceptable du syndicat UNEF qui a égaré sa boussole depuis trop longtemps et verse dans le clientélisme et le séparatisme institutionnalisés.

Preuve que le racisme anti-blanc est bien une réalité en France et qu’il doit lui aussi être combattu avec autant de moyens et de détermination.


Député des Alpes-Maritimes

NEWSLETTER

Connexion