Lutte contre les Séparatismes : un Texte de loi marqué par la lâcheté et les renoncements qui ne répond pas au défi lancé par les ennemis de la France

Aujourd’hui à l’Assemblée nationale, dans la fidélité à mes convictions, j’ai voté contre le Projet de loi du Gouvernement visant « à conforter les principes républicains »

Ce Texte devait être la mise en application du discours que le Chef de l’État avait prononcé en octobre dernier aux Mureaux contre le séparatisme islamiste, mais il ne s’agit en réalité que « d’affichage ».  

Après l’assassinat barbare de Samuel Paty suivi du terrible attentat de la basilique Notre-Dame de Nice, nous espérions enfin une réaction à la hauteur. Malheureusement, notre déception est grande.

Ce Texte compte quelques avancées, mais il est surtout marqué par le sceau du renoncement.

Guillemet red gauche Après le discours des Mureaux, ce Texte de Loi qui était censé incarner la lutte contre le séparatisme islamiste est frappé du sceau du renoncement Guillemet red droite

Le premier d’entre eux c’est que le  mot « séparatisme » a été retiré du titre du Projet de loi. Le Gouvernement a ainsi eu peur de désigner l’ennemi et il a oublié une fois de trop que « mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du Monde » comme en jugeait Albert Camus.

Le deuxième renoncement, c’est le manque de courage pour s’attaquer aux racines de l’islamisme politique. Comment est-il possible que ce Texte ne parle pas de l’immigration hors de contrôle, des prières dans les lieux de services publics ou de la radicalisation dans les prisons qui sont pourtant le terreau fertile de cette idéologie mortifère ?

Le troisième renoncement, c'est envers notre jeunesse. Signe de faiblesse, la majorité présidentielle a rejeté mon amendement visant à interdire le port du voile et de signes religieux lors de sorties scolaires. Elle a refusé aussi de parler des Universités où le défi à relever est immense.

Comment accepter qu’à cause de l’incapacité du Gouvernement à agir contre les dérives de quelques-uns, l’instruction en famille soit remise en cause ? Cette décision est absurde. Qui peut croire que les islamistes radicaux respecteront l’obligation de scolarisation ? Le véritable enjeu c’est de contrôler et de sanctionner. Ici encore, j’ai porté un amendement avec d’autres collègues Députés pour refuser que la liberté d’enseignement ne soit sacrifiée sur l’autel du « en même temps ».

Ce « en même temps » que nous retrouvons malheureusement à tous les étages. Plutôt que de cibler les fauteurs de troubles, de nouvelles contraintes sont imposées à toutes les associations, à toutes les Collectivités locales, à tous les clubs sportifs… y compris à ceux qui n'ont jamais posé le moindre problème.

Guillemet red gauche Un banal catalogue de mesures sans ampleur qui n’ébranlera en rien la certitude de nos ennemis que la France est affaiblie… Guillemet red droite

Il n’y a ainsi ni discernement ni courage dans ce Texte très éloigné des promesses – déjà insuffisantes – faites par le Chef de l’État.

Ce Projet de loi se résume à un banal catalogue de mesures sans ampleur. Il  n’ébranlera en rien la certitude de nos ennemis que la France est affaiblie et que l’Exécutif est incapable de réagir. 

Tant que nous n’aurons pas le courage de prendre des mesures d’exception alors nous ne remporterons pas la guerre que les islamistes radicaux nous ont déclarée.


Député des Alpes-Maritimes

NEWSLETTER

Connexion