Dans ce contexte de crise sanitaire, économique et sociale, il est essentiel de s’engager pour alerter le Gouvernement sur les besoins des forces vives locales.

Des progrès importants ont pu être ainsi obtenus au printemps avec notamment l’élargissement de l’accès au fonds de soutien pour les entreprises et des mesures spécifiques pour les professionnels libéraux.

Mais le travail se poursuit sur la durée pour soutenir les acteurs de la restauration & de l'hôtellerie tout comme ceux dépendant de la fréquentation touristique.

Parmi elles figurent les entreprises dites de « savoir-faire d’excellence » qui sont en grande difficulté à l’image des industries historiques du parfum de Grasse (comme Fragonard, Galimard et Molinard) dont l'activité et le chiffre d’affaire dépend grandement des visites de leurs sites.

Depuis plusieurs mois, nous assistons à une explosion des violences dans notre pays.

L’insécurité progresse et l’inquiétude des Français suit la même trajectoire. Nous l’avons ressenti sur la Côte-d’Azur où les troubles et les agressions se sont multipliés durant tout l’été.

Nous le voyons aussi avec effarement partout en France, comme à Herblay et à Champigny-sur-Marne où des policiers sont abattus en pleine rue avec une barbarie extrême et des commissariats sont attaqués par des hordes de délinquants.

Pendant ce temps, l’exécutif se contente d’observer et de commenter.

Le Chef de l’État a enfin livré son discours sur les « séparatismes » prévu de longue date et notre déception est grande, car malheureusement nous attendions bien plus de courage et de fermeté de sa part.

Ce sujet essentiel de l’unité de la Nation, mérite mieux qu’un catalogue de demi-mesures qui ne suffiront pas à lutter contre le poison de l’islamisme radical dont le Chef de l’État a mis tant de temps à admettre qu’il était le véritable problème.

Des pans entiers de nos territoires se trouvent désormais sous la coupe islamiste.