Michèle TABAROT, Député des Alpes-Maritimes

La mise en œuvre de la promesse de campagne du Chef de l’État intitulée « le reste à charge zéro » s'agissant du remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et auditives ne manque pas de susciter de réelles inquiétudes.

Prétendument indolore, la version de l’Exécutif vient d’être mise à mal par une récente étude qui tend à démontrer que les « Mutuelles » n’auront d’autre alternative que celle d’augmenter leurs tarifs pour faire face au coût du dispositif.

En effet, le préjudice financier concernerait l’ensemble des assurés, mais ce sont surtout les plus de soixante ans qui en paieraient le prix fort, avec une hausse de 9% du montant de leur cotisation.

Une perspective des plus alarmantes alors qu'une enquête d'Opinion révèle que près d'un Français sur trois a du renoncer à se soigner au cours de ces 12 derniers mois en raison d'un reste à charge trop important.

Dans un contexte déjà difficile, entre hausse de la CSG et gel des pensions, le pouvoir d’achat des retraités risque d’être mis à mal une nouvelle fois par la politique du Gouvernement.