Michèle TABAROT, Député des Alpes-Maritimes

Alors qu’ils se trouvent parmi les français les plus impactés par les différentes mesures prises depuis un an et demi, je déplore que les retraités figurent parmi les grands absents des annonces gouvernementales de « sortie de crise » prononcées hier par le Premier Ministre.

Pourtant avec la hausse de la CSG qui représente 4,5 milliards d’euros supplémentaires de prélèvements, ajouté à cela, le quasi-gel de leurs pensions de retraites, c’est un manque à gagner de 9 milliards d’euros qui se traduira pour eux par une perte de Pouvoir d’achat en moyenne de 200 euros en 2019 et de 400 euros en 2020, si rien n’est fait d’ici là…

C’est pourquoi, je demande à ce que les retraités ne soient plus les laissés pour compte de ce quinquennat.

D’abord, en les associant pleinement aux prochaines négociations qu’organisera le Gouvernement, et ensuite, par une véritable inflexion de la politique menée à leur encontre afin de remédier à la dégradation de leurs conditions de vie depuis l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron.