Michèle TABAROT, Député de la 9° Circonscription des Alpes-Maritimes

Année après année, une salle qui ne désemplie pas avec plus de 3.200 participants et un très grand nombre d’élus présents pour ce rendez-vous. De beaux moments d’échanges et de partages dans une ambiance toujours aussi chaleureuse et conviviale à l’occasion de notre traditionnelle cérémonie de présentation des vœux du nouvel an au Cannet.

En repensant à 2017 avec son lot de joies et de peines… et en vous souhaitant une très belle année 2018

C’est un très grand plaisir de vous retrouver si nombreux pour cette cérémonie des vœux. A mon tour, je vous souhaite une très belle année 2018. Qu’elle vous apporte beaucoup de bonheur, de santé, de réussite, pour vous et pour tous ceux qui vous sont chers.

L’année écoulée nous a apporté comme toujours son lot de joies mais aussi de peines. En repensant à 2017, comment ne pas évoquer la disparition de grandes personnalités comme Simone Veil ou Jean D’Ormesson, et d’immenses artistes comme Jean Rochefort, France Gall ou Johnny Halliday qui a donné plusieurs concerts mémorables dans notre commune…

En repensant à 2017, comment ne pas évoquer aussi le danger terroriste, les menaces de guerres, les persécutions subies par les Chrétiens d’Orient, mais aussi l’immense espoir suscité par la défaite militaire de l’État Islamique…

Enfin, mes très chers Amis, sur un plan plus personnel, en repensant à 2017, comment ne pas vous remercier pour la victoire que vous m’avez donnée en juin dernier aux législatives…

Une victoire acquise aux dernières Législatives dans un contexte national très défavorable

Le contexte national était pourtant très défavorable. Mais j’ai pu compter sur vous. Votre mobilisation a été exceptionnelle. Une nouvelle fois : un immense merci ! Pourtant, vous le savez, j’ai longtemps hésité avant d’accepter d’être candidate. Les élus locaux et beaucoup d’entre vous me le demandaient, par peur des divisions, et par peur aussi que notre famille politique perde notre circonscription.

Je savais que c’était mon devoir pour ce territoire que j’aime tant. Mais, je savais aussi la conséquence de mon élection. A cause de la nouvelle loi, j’ai dû quitter, pour un temps, mes fonctions de Maire du Cannet. Croyez-moi, ça a été un déchirement. Mais je vous l’ai dit. Quoi qu’il advienne, je n’abandonnerai jamais notre Ville et ses habitants. Ce serait impensable. Le lien qui nous unit est bien trop fort. C’est un lien du cœur. Il surpasse toutes les lois. Alors, comme promis, je reste très présente.

 Cet article pourrait également vous intéresser…
Élection du Maire du Cannet et des Adjoints

Nous travaillons main dans la main avec Yves. Je siège au Conseil municipal avec tous nos collègues élus. Je préside le groupe majoritaire où nous prenons les décisions. Et je vous rencontre aux permanences de quartiers que nous organisons régulièrement. Je suis toujours autant investie, et, je dois l’avouer, fière de ce que nous avons réalisé ces dernières années, pour notre commune.

Le Cannet est devenue une ville plus sûre, plus solidaire et plus équilibrée

Ce n’est pas mon habitude, mais cet après-midi, je veux prendre le temps de regarder en arrière, pour voir ce que nous avons accompli ensemble avec notre équipe.

Quand je regarde Le Cannet je vois une commune plus sûre… Notre Police municipale est l’une des plus modernes de France, le nombre de caméras de vidéoprotection a triplé depuis 2014, nos crèches, nos écoles, nos commerces sont sécurisés en lien direct avec la Police municipale, et notre dispositif d’alerte téléphonique, pour vous prévenir des risques, compte plus de 16.000 abonnés.

Quand je regarde Le Cannet je vois la solidarité qui s’exprime à tous les âges… Pour nos enfants, nous avons doublé le nombre de places de crèches. Pour les familles, nous avons développé la solidarité, l’écoute et le soutien pour le retour à l’emploi. Et pour les personnes âgées, notre service « Proxisénior » veille sur ceux qui sont malades ou isolés.

Quand je regarde Le Cannet, je vois enfin ce que nous avons accompli de manière équilibrée pour tous nos quartiers… A Garibondy, je vois la nouvelle Mairie annexe avec tous les services municipaux, les caméras de vidéoprotection et la sécurisation de Saint-Pierre. A L’Aubarède, je vois la salle Recroix, le plateau Bonnard et la nouvelle maternelle des Mirandoles. Aux Mimosas, je vois la « pépinière Castellari » préservée d’un bétonnage massif. Elle accueillera bientôt des commerces, des espaces verts et des lieux de vie.

220118.LeCannet2018 salle

A Rocheville, je vois le nouveau Centre administratif, la place Foch agrandie, la médiathèque de l’Étoile, les crèches. Je vois aussi l’Éco-Quartier dont le premier immeuble a été inauguré en juin dernier, avec son nouveau parking, et avec son cinéma. Les travaux se poursuivent. La construction du deuxième ensemble est en cours. Le troisième va rapidement suivre. Il accueillera un marché couvert que les Rochevillois attendent déjà avec impatience.

Au Cannet-Centre, je vois la rue Saint-Sauveur réhabilitée avec ses ateliers d’artistes. Je vois les restaurants, les commerces, la renaissance du cinéma 20 ans après sa fermeture. Je vois aussi, après tant d’années d’efforts, le lancement des travaux du gymnase Émile Roux. Le 2 février, nous poserons la « première pierre » avec le Président du Conseil départemental. Mon cher Patrick (Tambay), tu t’es beaucoup battu pour parvenir à ce résultat avec le soutien de Françoise (Duhalde-Guignard).Tu peux être heureux d’y être parvenu.

Enfin, quand je regarde Le Cannet, je vois aussi, le succès de notre Musée Bonnard. Quelle fierté ! L’an dernier, nous avons célébré le 150ème anniversaire de la naissance de ce grand artiste, Pierre Bonnard. La programmation a été exceptionnelle. Nous avons accueilli la donation Marcie-Rivière, prêtée par le Musée d’Orsay, puis une grande exposition d’hommage à Pierre Bonnard. Merci à Véronique Serrano, notre conservateur, pour la très grande qualité de ces accrochages.

Le succès du Musée Bonnard, ce sont 300.000 visiteurs venus du Monde entier

Vous avez d’ailleurs pu voir il y a quelques instants la vidéo montrant le travail important que représente l’installation d’une exposition. Grace à tout cela le Musée Bonnard fait parler de lui, en France et à l’étranger. La fréquentation est remarquable. Elle dépasse nos espérances. Plus de 300.000 visiteurs sont venus du Monde entier. C’est excellent pour l’image de notre ville et pour le commerce. Cela prouve que nous avons eu raison de tenir bon, et d’aller au bout de notre projet malgré les doutes de certains. Le Musée Bonnard est ainsi devenu le moteur du dynamisme du Cannet. C’est une grande joie pour nous tous.

Voilà chers Amis, les quelques éléments du bilan municipal que je voulais partager avec vous. Ce travail n’est évidemment pas fini. Nous avons encore plusieurs projets à réussir pour tenir nos engagements. Nous allons y mettre toute notre énergie. Avec Yves, nous en avons rappelé la liste : L’embellissement du boulevard Carnot, la poursuite des travaux de l’Éco-Quartier, l’extension du Musée Bonnard, le plan de vidéoprotection… L’investissement va rester à un niveau élevé. J’en remercie notre conseil municipal. Je remercie aussi tous les collaborateurs qui nous aident à réaliser notre programme dans des conditions difficiles.

La suppression de la taxe d’habitation ? Une vaste hypocrisie

Monsieur le Sous-Préfet, je voulais d’abord vous remercier. Avec le Préfet des Alpes-Maritimes et les services de l’État vous êtes très à l’écoute et très disponibles au niveau local pour nous aider. Pour autant, je vous parle souvent des décisions prises au niveau national qui nous impactent lourdement : la baisse des dotations qui devient insupportable, les contraintes réglementaires trop lourdes, par exemple sur le logement, qui sont impossibles à mettre en œuvre sur notre territoire et qui nous pénalisent très injustement.

Et que dire de la suppression de la Taxe d’Habitation ? Je sais. Cette mesure est très populaire. Mais c’est une vaste hypocrisie. Au lieu de faire des efforts, le gouvernement va supprimer 20 milliards d’euros qui appartiennent aux communes, aux départements et aux régions. 20 milliards qui servent à financer les crèches, les écoles, les routes, la solidarité… On ne sait même pas comment ils seront compensés et s’ils le seront intégralement. Sincèrement, J’en doute. En vérité, je crois que le plan du Gouvernement est simple : faire des économies sur le dos des communes et les obliger à augmenter les impôts à sa place…

Guillemet red gauche En vérité, le plan du Gouvernement est simple : faire des économies sur le dos des communes et les obliger à augmenter les impôts à sa place !
Guillemet red droite

Certaines ont dû s’y résoudre, mais nous n’en sommes pas encore là au Cannet. D’abord parce que notre gestion a été responsable. Nos frais de fonctionnement sont inférieurs à la moyenne des communes comparables. Cela nous a permis de diminuer l’endettement de près de 10 millions d’euros depuis 2010.

Mais aussi parce que nous trouvons des subventions pour soutenir nos projets. Je voudrais d’ailleurs remercier les collectivités, le Conseil départemental, et bien entendu le Conseil régional. Car avec la nouvelle majorité, il est revenu en force dans nos territoires après 18 ans de clientélisme. Pour le Cannet, c’est presque 2 millions d’euros d’aides que nous allons obtenir. Je profite de l’occasion pour remercier les Conseillers régionaux de notre département : Muriel (Di Bari), Christelle (D’Intorni), Richard (Galy), Pierre-Paul (Léonelli), et tout particulièrement Philippe (Tabarot), notre Vice-Président de la Région, qui porte nos dossiers avec beaucoup d’énergie. C’est le cas pour notre commune, mais c’est aussi le cas pour tout notre bassin de vie. Notre territoire bénéficie ainsi de plusieurs millions d’euros d’aides.

Je suis active pour notre territoire et je le suis aussi – en votre nom – à l’Assemblée nationale

Cela m’amène naturellement à vous parler de notre circonscription. Nous avons aussi inauguré plusieurs belles réalisations, dans toutes les communes, à Pégomas, à la Roquette-sur-Siagne, et aussi à Grasse, où récemment nous avons procédé à la réouverture de la ligne « Cannes-Grasse ».

Nous poursuivons aussi notre travail, avec vos élus, vos associations et avec l’État, sur beaucoup de sujets importants : la lutte contre les inondations, les nuisances aériennes, les déplacements et les projets routiers, ou encore l’éducation avec l’ouverture du collège de Pégomas à la prochaine rentrée.

A la tribune des voeux 2018 de Michele Tabarot au Cannet

Je suis active pour notre territoire, et je le suis aussi, en votre nom, à l’Assemblée nationale. Mes engagements y sont nombreux. Je siège dans la Commission des Affaires étrangères. Dans ce cadre, je me suis rendue avec une délégation à la dernière Assemblée générale des Nations-Unies, à New-York. J’ai échangé avec certains des diplomates les plus influents du Monde sur les grands enjeux : les migrations avec des millions de réfugiés qui menacent de déséquilibrer l’Europe et le Moyen-Orient, la Corée du Nord et le risque de guerre nucléaire, la situation en Syrie et en Irak avec l’immense défi de la paix, ou les catastrophes climatiques dont nous avons pu voir les ravages à Saint-Martin et dans tant d’autres endroits du monde.

Je suis également membre de la Commission des Affaires européennes. J’y ai été nommée rapporteur d’une mission d’information sur la « zone Euro » et sur son avenir.

La Famille et l’adoption, fil rouge de mon engagement de Député

Enfin, je dois vous faire part d’une certaine fierté. Récemment, mes collègues m’ont demandé de présider à nouveau le groupe d’études sur la famille et l’adoption. Vous le savez, ces causes me sont chères. C’est le fil rouge de mon engagement de Député. Je me suis toujours battue pour soutenir ceux qui aident un proche malade, lutter contre les violences au sein des familles, mais aussi pour défendre les enfants victimes de maltraitances. Ils sont nombreux dans le Monde mais aussi dans notre pays.

 Cet article pourrait également vous intéresser…
L’Enfance, « grande cause nationale » en 2017

En France, plus de 100.000 enfants sont signalés en danger. En France, près de 300.000 mineurs sont pris en charge par la protection de l’enfance, parce que leurs familles ne peuvent plus s’occuper d’eux. En France, nous avons aussi désormais la question urgente des mineurs étrangers isolés, livrés à eux-mêmes, qui vivent dans nos rues sans aucun moyen de subsistance. Sur tous ces sujets, je vais continuer à m’engager pour faire progresser la cause des enfants.

Voilà chers amis quelques-uns des combats que j’entends mener, avec détermination, dans le cadre d’une opposition intelligente, pour respecter l’engagement que j’ai pris devant vous. Comme promis, je vote les lois qui sont bonnes pour la France, et je m’oppose fermement aux autres. J’ai soutenu la réforme du code du travail qui donne plus de souplesse aux entreprises, je soutiens aussi le Ministre de l’Éducation qui veut interdire le portable dans les classes et veiller à ce que nos enfants sachent lire, écrire, et compter, à l’entrée en sixième. De la même manière, je soutiendrais la réforme de l’assurance chômage si le gouvernement respecte ses engagements.

Dans ces domaines je n’ai aucun problème à voter les textes avec la majorité. Ce n’est pas le cas sur le « régalien » où beaucoup de nos valeurs ne sont pas respectées. Nous le voyons avec l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le Président abandonne ce projet, alors qu’il s’était engagé sur les plateaux de télé à respecter le résultat du référendum. Il a renoncé face à la pression. Mais ce qui me choque le plus, c’est la manière dont la question des zadistes est traitée. Ces anarchistes occupent des terres qui ne leur appartiennent pas. Et ils n’ont pas la moindre intention de les quitter. Ce n’est pas acceptable. Il faut de l’autorité. Nous n’avons aucun délai à leur accorder. Les zadistes doivent être expulsés sans plus attendre.

Je conteste aussi la politique fiscale du gouvernement. Bercy nous explique que les impôts vont baisser… C’est faux. Un rapport vient de le dire. En réalité, les impôts vont augmenter de 4,5 milliards d’euros. Je le dénonce sans cesse, avec l’augmentation des taxes sur le carburant qui impacte lourdement le « pouvoir d’achat » des ménages, avec cette hausse injuste de la CSG qui pénalise si durement nos retraités, et bientôt, si nous laissons faire, les péages urbains et les nouvelles taxes sur la propriété… Le matraquage fiscal continue et c’est insupportable.

Les djihadistes qui ont défié la France et demandent à rentrer pour être jugés… Ce ne sont pas des repentis. Ce sont des criminels.

Enfin, je m’oppose au Gouvernement sur sa politique en matière de sécurité. Je n’ai d’ailleurs pas voté la dernière « loi contre le terrorisme ». J’avais pourtant soutenu toutes les autres depuis 2015, même si elles n’allaient pas assez loin. Mais cette fois, je ne pouvais m’y résoudre. Pour la première fois depuis longtemps, ce texte fait reculer dangereusement le niveau de protection des Français.

 Cet article pourrait également vous intéresser…
Face au terrorisme nous n'avons pas le droit d'être faibles

Je le dis clairement. Quand le danger terroriste est aussi fort, on ne sort pas de l’état d’urgence ! Quand des individus nous menacent, on ne les autorise pas à aller librement où ils veulent. Quand les Forces de l’ordre sont victimes de violences intolérables, on ne répond pas avec une « police de proximité » qui a échoué par le passé.

220118.LeCannet2018 MTPupitre

Et quand les djihadistes prisonniers au Moyen-Orient demandent à rentrer en France pour être jugés, on ne répond certainement pas que « l’on verra au cas par cas ». Ces terroristes ont défié la France. Ils ont porté les armes contre nos valeurs ! Ils aidaient les terroristes à commettre des attentats sur notre sol, Ils n’avaient pas de mots assez violents contre notre pays, et aujourd’hui ils nous demandent de les protéger ? Et bien non ! Nous n’avons pas besoin que ces assassins viennent dans nos prisons répandre leur idéologie. Ce ne sont pas des repentis. Ce sont des criminels !

S’ils veulent être jugés en France c’est parce que les conditions de détention y sont meilleures ! Le détenu islamiste qui a agressé des surveillants l’a fait pour ne pas être extradé vers les États-Unis. Parce que là-bas, on ne transige pas avec les terroristes ! Alors il faut réagir ! Je vais demander cette semaine la création d’une Commission d’enquête sur « les conditions de détention des djihadistes en France ». C’est impératif pour protéger les surveillants, c’est impératif pour éviter la contagion, et c’est impératif pour arrêter d’être faibles avec ceux qui veulent nous attaquer !

Une Élue de la Nation qui a reçu de ses parents un immense amour de la France

Voilà mes très chers amis ce que je souhaitais vous dire aujourd’hui. Comme toujours, j’ai voulu un discours sincère, direct, et profondément fidèle à ce que je suis : une élue de la Nation, attachée à nos valeurs éternelles, et qui a reçu de ses parents un immense amour de la France. La France, notre héritage millénaire. Sa trame a été façonnée par nos racines, notre histoire, nos penseurs, nos artistes…

Jean D’Ormesson le disait si bien : « Il y a une identité nationale, une culture et une civilisation françaises. Elles sont larges, riches de mille apports, mais nous leur devons ce que nous sommes ». Oui, notre pays c’est tout cela et bien plus encore !

La France, notre Patrie, notre destinée commune. Notre fierté, notre âme et notre cœur. Notre cœur qui bat au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Notre cœur qui bat pour les trois couleurs de notre drapeau, le bleu, le blanc et le rouge. Notre cœur qui bat au rythme de la Marseillaise. Et, cette après-midi, plus que jamais, notre cœur qui bat pour que Vive le Cannet, pour que Vive la Liberté, et pour que Vive la France !

* : Seul le prononcé fait foi.