Navigation

080316.MT Commémoration 19MARS1962

C'est la première fois qu'un Président français fait part de son intention de participer aux célébrations du soi-disant « cessez-le-feu » du 19 mars 1962.

Cet acte inédit – jamais vu sous notre République – est une grave faute historique mais aussi symbolique. Une faute historique car chacun sait que les accords d'Évian n'ont jamais signifié la fin des combats.

Communiqué de presse du 8 mars 2016

Michèle TABAROT écrit au Chef de l'État

Michèle TABAROT – Député-Maire du Cannet – ne désarme pas et écrit au Président de la République pour lui demander de renoncer à sa participation aux commémorations du « 19 mars 1962 » au Quai Branly, à Paris.

Michèle TABAROT écrit au PR (page 1) Michèle TABAROT écrit au PR (page 2)

Une Proposition de loi pour abroger la commémoration du 19 mars 1962

J'ai déposé avec Élie Aboud, Député de l'Hérault et Président du Groupe d'études sur les rapatriés à l'Assemblée Nationale, une proposition de loi cosignée par 30 parlementaires pour abroger la journée du souvenir du 19 mars 1962.

Communiqué de presse du 25 mars 2016

270316.NM.MT PPL19MARS62 19MAR62.MTabarot FauteHistorique
19MAR62.MTabarot renoncerFH
19MAR62.MTabarot obstinationFH