Michèle TABAROT, Député de la 9° Circonscription des Alpes-Maritimes

Dans le contexte actuel de mobilisation des personnels pénitentiaires, Michèle Tabarot soutenue par une cinquantaine de cosignataires parmi les Députés du groupe « Les Républicains » à l'Assemblée nationale, a déposé une résolution demandant la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur « la sécurité des personnels pénitentiaires et la détention des individus djihadistes et radicalisés dans nos prisons ».

Il est en effet urgent de réagir alors que la situation s’est nettement dégradée du fait de l’inertie des gouvernements successifs.

Pourtant, tous les signaux d’alerte sont au rouge depuis longtemps. Le phénomène de radicalisation dans nos prisons est connu de longue date mais il s'accompagne désormais des dangers liés à la présence de terroristes et de djihadistes de retour du Moyen-Orient qui sont loin d’être tous des repentis.

Bien au contraire, ce sont des criminels endurcis qui font peser un risque sévère sur les surveillants pénitentiaires.

La menace a changé de dimension. On ne parle plus ici de prévention, mais bien désormais de l’urgence de lutter contre la menace djihadiste à l’œuvre dans nos prisons.

Cette commission d’enquête poursuivrait donc plusieurs objectifs, au premier rang desquels : lutter contre le risque de contagion radicale dans nos prisons, mais aussi renforcer la protection des surveillants en réfléchissant aux conditions de détentions des djihadistes afin qu’ils ne puissent plus commettre d’actes violents contre l’administration pénitentiaire.

Passage sur LCP avant l'ouverture de la séance des « Questions au Gouvernement »

L'occasion d'évoquer mon activité parlementaire avec notamment la demande d’une commission d’enquête sur « la sécurité des personnels pénitentiaires et la détention des djihadistes dans nos prisons ».