Depuis plusieurs mois, nous assistons à une explosion des violences dans notre pays.

L’insécurité progresse et l’inquiétude des Français suit la même trajectoire. Nous l’avons ressenti sur la Côte-d’Azur où les troubles et les agressions se sont multipliés durant tout l’été.

Nous le voyons aussi avec effarement partout en France, comme à Herblay et à Champigny-sur-Marne où des policiers sont abattus en pleine rue avec une barbarie extrême et des commissariats sont attaqués par des hordes de délinquants.

Pendant ce temps, l’exécutif se contente d’observer et de commenter.

Le Chef de l’État concède que la violence s’est « banalisée » alors que les crimes violents ont explosé ces dernières années.

Le Garde des Sceaux poursuit sur la voie de l’angélisme qui n’est en réalité que le faux nez du laxisme le plus coupable qui mine l’autorité de l’État depuis ben trop longtemps.

Le Ministre de l’Intérieur promet d’agir mais demeure sans idées ni moyens concrets.

Et pendant ce temps, l’État ne donne plus les moyens à ceux qui nous protègent de se protéger eux-mêmes.

Ils sont épuisés, en sous-effectif notoire, constamment pris pour cible par certains médias bien plus prompt à s’offusquer des accusations de violences policières qu’aux agressions dont sont victimes les Forces de l’Ordre au quotidien.

Les petites phrases et les déclarations d’intentions ne suffisent plus. Il est plus que temps pour le Gouvernement d’agir avec détermination et courage pour ne plus laisser la France être ainsi livrée à la violence.