Dans ce contexte de crise sanitaire, économique et sociale, il est essentiel de s’engager pour alerter le Gouvernement sur les besoins des forces vives locales.

Des progrès importants ont pu être ainsi obtenus au printemps avec notamment l’élargissement de l’accès au fonds de soutien pour les entreprises et des mesures spécifiques pour les professionnels libéraux.

Mais le travail se poursuit sur la durée pour soutenir les acteurs de la restauration tout comme ceux dépendant de la fréquentation touristique.

Parmi elles figurent les entreprises dites de « savoir-faire d’excellence » qui sont en grande difficulté à l’image des industries historiques du parfum de Grasse dont l'activité et le chiffre d’affaire dépend grandement des visites de leurs sites.

Depuis des mois, Michèle TABAROT est engagée sur le sujet aux côtés des élus locaux. C'est en ce sens d'ailleurs qu'elle a défendu à l'Assemblée nationale l'intégration de ces professions dans le plan de soutien au secteur du tourisme.

Si cette proposition a été dans un premier temps repoussée par la majorité présidentielle, la mobilisation de nombreux parlementaires a permis d’ouvrir ce débat essentiel qui a conduit à la décision récente du gouvernement d’élargir le champ d'application de son plan tourisme à ces entreprises si importantes pour l'attractivité de nos territoires.