La Lettre d'information de Michèle TABAROT

A l’approche de cette fin d’année, je tiens à vous souhaiter de très belles fêtes, entourés de l’amour et de l’affection de ceux qui vous sont chers.

J’espère qu’elles nous permettront d’oublier, au moins pour un temps, les difficultés de cette année 2020 qui aura été si éprouvante pour un grand nombre d’entre nous, touchés par le coronavirus ou bien victimes des conséquences sociales et économiques de la crise sanitaire, parfois même, les deux à la fois.

Nous sommes de tout cœur avec ceux qui sont dans la souffrance et nous continuerons à faire tout notre possible pour les aider à surmonter cette épreuve.

Je tiens aussi à remercier ceux qui s’engagent avec tant de courage face à la pandémie, au premier rang desquels les personnels de santé, les pompiers, les forces de l’ordre mais aussi les employés publics et privés qui, malgré les risques encourus, ont poursuivi leur travail pour que notre pays ne soit pas à l’arrêt et que chacun puisse continuer à vivre.

Comme vous, je veux croire que nous pourrons tourner le plus rapidement possible cette sombre page qui restera à jamais gravée dans notre mémoire collective.

Et même si des précautions sont de mises, nous mesurons cette année, peut-être plus fortement que jamais, la chance que nous avons de pouvoir être ensemble et de partager des instants de bonheur en famille.

Soyons heureux, prenez-soin de vous et des vôtres.

A toutes et à tous, je souhaite une nouvelle fois un joyeux Noël et de très belles fêtes de fin d’année.


Michèle TABAROT
Député des Alpes-Maritimes

 

Mettons un terme aux exactions commises par les « black-blocs »

141220.Valeurs TribuneBlackBlocs2

Avec plus de 70 collègues parlementaires, j’ai cosigné la Tribune parue dans le magazine Valeurs qui exhorte le Gouvernement à mettre un terme au cortège de destructions et de violences inacceptables commises par les « black-blocs » lors de chaque manifestation en apportant enfin une réponse pénale à la hauteur des enjeux.

Valeurs Actuelles

Samedi, le centre de Paris a une nouvelle fois été le théâtre de scènes de pillage, de cassage, de dégradation et d’agression d’une violence inouïe. Il est temps de se débarrasser de blacks blocs qui s’en prennent à nos forces de l’ordre, écœurent nos commerçants et bafouent notre République.

L’heure n’est plus aujourd’hui au constat. Celui-ci est implacable : des forces de l’ordre blessées chaque samedi par dizaines, des pompiers attaqués et insultés, des commerces brûlés et vandalisés, des manifestants pris en otage, l’image de la France à l’étranger dégradée.


Retrouver l'intégralité de la Tribune : « Quand allons-nous nous débarrasser des black blocs ? »

 

Instaurons une clause systématique pour empêcher les armes françaises de tomber entre les mains de terroristes

Après la fuite d'une note du SGDSN classée « Confidentiel – Défense » sur le contrôle par le Parlement des ventes d'armes de la France, le Gouvernement n'a pas répondu à mes inquiétudes légitimes quant à sa volonté d'enterrer notre rapport remis à ce sujet le 18 novembre dernier.

Parmi nos 35 propositions, figure notamment l'instauration d'une clause systématique de non-réexportation d'armes de « petits calibres » afin d'empêcher qu'un jour elles puissent tomber entre les mains de groupes terroristes et se retournent contre la France.

  › Cet article pourrait également vous intéresser…
Renforcement du contrôle par le Parlement des ventes d'armes à l'étranger

Intervention lors des QAG

 

Valéry Giscard d'Estaing, un exemple et une grande source d'inspiration

031220.Visuel DécèsVGE

C’est avec une très grande tristesse et beaucoup d’émotion que j’ai appris la disparition du Président Valéry Giscard d’Estaing qui fût, pour moi comme pour bien d’autres, un exemple et une grande source d’inspiration.

Sa vision, ses idéaux, son projet pour la France et pour l’Europe sont à l’origine de mon premier engagement politique et je suis fière d’avoir été membre de son parti et de continuer à porter ses valeurs au sein des Républicains.

Son héritage n’a pas toujours été reconnu à sa juste valeur. Mais aujourd’hui, chacun s'accorde à dire ce qu’il a apporté à notre pays.

Guillemet red gauche Son héritage n’a pas toujours été reconnu à sa juste valeur. Mais aujourd’hui, chacun s'accorde pour dire ce qu’il a apporté à notre pays... Guillemet red droite

Il a modernisé la France et a mené les plus grandes réformes sociétales contemporaines, sans jamais faillir, même dans l’adversité, en s’entourant d’hommes et de femmes d’exception.

Il a aussi affronté avec courage une grave crise économique, et c’est lui qui a remis la France sur le bon chemin en redonnant de la vigueur au couple franco-allemand et en lançant les grands projets dont ses successeurs ont bénéficié.

Amoureux de la Culture, du terroir et de la modernité, il était porteur d’une véritable ambition pour la France. Nous lui devons beaucoup et j’espère qu’il recevra de la Nation l’hommage qu’il mérite.

Les Français ont perdu un grand homme qui laissera une trace indélébile dans l’histoire de notre pays.

Mes pensées vont à sa famille et à ses proches durement affectés par ce deuil. Je suis de tout cœur avec eux.

 

Adoption et protection de l'Enfance : deux de mes amendements retenus à l'Assemblée nationale

071220.Infographie AmendementsAdoption3

Engagée depuis toujours sur les questions essentielles de la « protection de l'enfance », je suis heureuse que deux des amendements que j’ai déposés concernant la réforme de l’adoption, en cours d’examen au Parlement, aient connu des suites favorables à l’Assemblée nationale.

Ils permettront à la fois de ne pas séparer les fratries lors des adoptions et de faire en sorte également que la situation des enfants de moins de 3 ans, délaissés ou abandonnés, soit examinée très régulièrement pour décider de la meilleure manière de répondre à leurs besoins affectifs et éducatifs.

Ces évolutions vont dans le sens de la défense de l’intérêt supérieur des enfants, principe fondamental qui a malheureusement été trop souvent oublié dans cette proposition de loi de la majorité présidentielle à laquelle je me suis opposé car elle bouleverse totalement l’architecture de l’adoption – y compris ce qui fonctionnait bien – sans aucune justification ni concertation.