ACTUALITÉS

Allocution du Chef de l’Etat : entre autosatisfaction indécente et reculades

Après 3 mois de crise du coronavirus, les Français attendaient que, lors de son allocution télévisée du 14 juin, le Chef de l’État trace de nouvelles perspectives fortes pour l’économie, l’emploi et la cohésion de la Nation.

Malheureusement, durant près de 20 minutes, le discours a sonné creux. Les déclarations d’intentions et l’annonce d’un nouveau rendez-vous en juillet n’ont pas suffi à masquer la vacuité des mots et l’absence d’engagements concrets du Chef de l’État qui est de surcroît désormais bien incapable de faire preuve de lucidité et d’objectivité. 

Car en effet, comment peut-il ouvrir son intervention en se disant fier de sa gestion de la crise ?

Contre la dictature de l’émotion, nous devons plus que jamais soutenir nos forces de l’ordre

Les images de ce qui s’est passé aux États-Unis ne doivent pas devenir prétextes à tous les excès et à tous les débordements.

Un évènement qui s’est déroulé à des milliers de kilomètres de chez nous ne doit certainement pas faire oublier le courage de nos Forces de l’ordre qui sont sous-pression depuis des années et qui continuent à assumer vaillamment leur mission pour défendre l’autorité de l’État et garantir l’unité nationale.

Aux invectives et aux jets de pierres, je préfère le soutien que la population leur montre quand ils nous protègent de la menace terroriste par exemple.

Je préfère aussi les images réconfortantes de ces policiers et de ces soignants qui s’applaudissent mutuellement. Ils ont été nos remparts contre le coronavirus et nous ne les en remercierons jamais assez.

Cumul des mandats au Gouvernement : où est l’exemplarité ?

Suite au premier tour des élections municipales de mars 2020, des autorisations de cumuls ont été délivrées à des membres du Gouvernement.

Ils ont ainsi toute latitude pour être à la fois Ministre et Maire ou Adjoint, comme ce sera d’ailleurs peut-être le cas dans quelques jours pour le Premier Ministre lui-même.

Ainsi, ce qui est interdit depuis 2014 aux parlementaires est permis pour les Ministres. Il est difficile de comprendre ce qui peut justifier cette différence de traitement.

D’autant plus que ces derniers mois nous avons réappris l’importance des élus locaux après des années d’attaques injustes contre les collectivités locales.


Député des Alpes-Maritimes

NEWSLETTER

Connexion