ACTUALITÉS

Insécurité en France : Emmanuel Macron cherche à faire illusion pour masquer l'échec de son quinquennat

L’offensive médiatique lancée par le Président de la République pour vanter sa politique dans le domaine de la sécurité est un nouvel exercice d’autosatisfaction indécent alors que notre pays apparaît fracturé comme jamais.

Elle ne suffira pas à masquer l’échec de son quinquennat avec l’explosion de l’hyper-violence et de la délinquance en France.

Car en effet, le véritable bilan d’Emmanuel Macron, c’est un affaiblissement notoire de l’autorité de l’État, dans la continuité du mandat de François Hollande.

Ce recul, c’est aussi un déficit de moyens alloués à nos policiers et à nos gendarmes qui n’ont plus la possibilité d’assurer le maintien de l’ordre sur tout le territoire national, en dépit d’un engagement exemplaire de leur part qui force l’admiration.

Réforme de l’ENA : un artifice du Chef de l’État pour détourner l’attention de sa gestion calamiteuse de la crise

La « grande idée » du Président de la République pour répondre au défi de notre temps, c’est d’annoncer la disparition de l’ENA pour la remplacer immédiatement par une autre école qui sera fondée sur la même logique et produira donc les mêmes résultats.

Bureaucratie et centralisation à outrance sont pourtant les maux actuels de notre pays.

Nous le voyons particulièrement en cette période de crise où l’État paralysé est incapable de prendre les bonnes décisions en temps utiles.

Racisme anti-blanc : plus personne pour nier son existence aujourd’hui

Pour Audrey Pulvar, les personnes blanches peuvent participer aux réunions « non-mixtes » mais doivent se taire

Avec ses propos intolérables que je condamne sans détour, Madame PULVAR prouve une nouvelle fois qu’il existe bien un racisme anti-blanc totalement décomplexé et assumé par une gauche clientéliste et communautariste.

Il est déplorable qu’elle n’en subisse aucune conséquence !

Comment une tête de liste régionale peut-elle tenir de tels propos sans la moindre conséquence et sans réaction de la part de ses soutiens ?

Imaginons un seul instant la situation inverse où un élu organiserait des réunions «réservées aux blancs». Le tollé serait énorme, le désaveu puissant et la sanction immédiate.


Député des Alpes-Maritimes

NEWSLETTER

Connexion